Les yankees ont essayé de nous la mettre bien profond, pardonnez l’expression, avec leur TAFTA à la C… Pour une fois, le peuple de France s’y est opposé fermement, ce qui a fait reculer très légèrement le gouvernement de la baudruche Hollande.

R2HhiVQyFQwN3SGZKsX9pi1bcMw@510x467

Reculer pour mieux sauter, évidemment ! C’est donc le petit protégé de Rothschild, l'homme à tout faire de la lignée, qui est chargé de nous faire goder la pilule de gré (moutons dociles) ou de de force (moutons récalcitrants). Et bis repetita TAFTA. Il faut que les lobbys américains puissent marquer leur nouveau territoire, notre pauvre France délabrée. Et si nous refusons de boire et bouffer made in Monsanto, alors la France, amendée par un tribunal américano-européen, autant dire américain tout court, devra verser des milliards pour entrave à la libre entreprise de Mme Monsanto et de M. Bayer, ou un truc du genre.

Les bonimensonges du Macron vont-ils transpercer le petit cœur d’artichaut des Français ? Va-t-il, le larbin de la haute finance apatride, réussir à mettre une bonne partie des bons français de la France, en ruine, dans sa poche, façon foulards rouges (vieux bobos gauchistes blindés) ou, pire encore, façon Greta - truc beurk - qui entraîne avec elle la jeunesse écervelée du monde entier dans un combat scientiste, et non, scientifique ? Le réchauffement climatique, plus médiatique et taxe carbonite aiguë qu’anthropique, n’a qu’à bien se tenir, car Greta - truc Beurk - déboule à l'Assemblée nationale !

Notre Greta - truc beurk - internationale, sous coupe haute finance et grande industrie, pour sauver la planète (comment ne pas pouffer ?!). Et notre roitelet, Jupiter, ouvertement à la botte du groupe, de la lignée, de l’ignoble famille Rothschild, en sauveur de la France, de la planète, de ... l'humanité (le CETA va dans le bon sens). Nous sommes gâtés et sauvés de tous côtés, gast !

Le TAFTA n’est pas passé. Qu’à cela ne tienne, on va leur faire bouffer du CETA. Certains, les désinformés du cervelet, vont encore jouer de leur ritournelle éternelle : « oui mais le CETA ce n’est pas le TAFTA !». Sans blague ? Ils ont bouffé du neurone, les bougres ! Ces lobotomisés BFM-WC oublient juste d’évoquer les liens, très étroits, entre TAFTA, États-Unis, et CETA, Canada. C’est ballot !

En clair, les États-Unis, ayant échoué de peu sous Hollande à nous faire bouffer de la viande lavée à l’acide et bourrée d’OGM Monsanto, vont passer par la bande, le CETA, pour nous le mettre bien profond - façon tique : anesthésie avant piqûre -, et avec un beau sourire s’il vous plaît, le suppositoire géant nommé TAFTA, tant vanté par notre roitelet pourri jusqu'à l'os.

Les braves gens, ma pov Lucette, confondent toujours pollution et réchauffement, politique et humanisme, besoin et envie, démocratie et bulletin de vote, etc. Tant qu’ils resteront le nez sur le portable dernier-cri et l’œil sur BFM-WC du matin au soir, sans jamais ouvrir le moindre livre, alors rien ne changera. Les responsables du dysgénisme en cours, fomenté et organisé par la maison-mère, comptent bien sur cette détérioration génétique pour vaincre une bonne fois les sans dents de la classe des bas-fonds. Le grand remplacement et le transhumanisme (tous métissés – pour commencer ! -, tous pucés, tous vaccinés, etc.) achèveront la mise en place de  l’homme nouveau, esclave sans chaîne tenu par le fric (scriptural), le cul (virtuel), la loi (à deux vitesses), la justice (aux pieds du roitelet) et nos bons vieux meRdias mainstream (entre les mains de neufs milliardaires).

L’avenir s’annonce radieux !