Entre : le couple de gros cons du Super U de l'Arbresle et les avocats véreux de Biocoop, que penser de ceux qui œuvrent, officiellement, pour un monde meilleurs, beau, bon et bio (sic !) ?

$

Ceux qui sortent du système consumériste, même légèrement, un doigt de pied après l’autre, et qui essaient de dé-consommer (consommer différemment), le savent parfaitement, les pièges sont nombreux.

Comme l’arnaque du faux bio OGM, venue de pays où le cahier des charges est bien loin de nos attentes, mais absolument conforme aux directives européennes, cette Europe qui autorise les grandes surfaces à vendre du bio avec OGM à raison de 0, 9%. Qui, hormis ces mastodontes avides de l’agro-alimentaire - entre les pognes de Mme Monsanto -, ose encore affirmer qu’il existe des OGM bio ?!?

Biocoop, coopérative éthique, serait-elle en train de prendre le mauvais chemin, celui qu’elle a tant fustigé naguère ? Il semble qu’il faille, si la marque dite éthique ne veut pas finir rachetée par Carrefour ou Géant, Super U (magasin de chasse ?) ou Leclerc, réorganiser son fonctionnement, surtout au niveau de la tête. Un patron, démissionnaire certes, qui s’octroie des augmentations faramineuses, façon grande distribution, met-il en valeur la fameuse coopérative éthique et bio - si toujours éthique, si toujours bio, etc. - ?!

Le riche patron a donc démissionné, non pas pour raison éthique, mais pour rejoindre la campagne européenne de Yannick Jadot, l’écologie politicarde véreuse et taxe carbonée.

Alors, les avocats dits bio, que je mange tous les jours, ou presque, sont-ils aussi dégueulasses que ceux vendus par les grands distributeurs, du genre Carrefour, Leclerc, Géant, etc. ? Si cela était avéré, il deviendrait alors extrêmement difficile, à Biocoop, de justifier les prix exorbitants pratiqués au nom du bien, du bon et du bio !

Reste plus qu’à proposer à ces tronches de cake de Biocoop, la haute qui commencent à imposer des cadences infernales à ses salariés, sauce grande surface, une petite partie de chasse pour riches crevures, genre safari-chasse en Afrique. Comme les deux gros cons du Super U de l'Arbresle, ils pourraient nous ramener des clichés de vacances où, eux, les bio-éthiques et gros salaires, poseraient fièrement avec le cadavre d’un lion, d’un zèbre, d’un alligator, d’un léopard ou encore d’un hippopotame. À moins qu'on les lâche seuls et sans armes, à poil, qu'on rigole un peu nous aussi pour une fois, comme quand le taureau, la bête féroce toujours prête à encorner, la brute qui ne vit que pour affronter qui passe par là, rentre l'une de ces cornes, voire les deux, dans le cul sale de son salaud de bourreau ! 


La pourriture par le fric n’épargne personne, ma pov Lucette. Pas même les magasins dits bio. Soyons très attentifs, car les dindons de la farce, comme toujours, c’est nous ! J’imagine que les adhérents vont pousser les grands pontes de biocoop à remettre de l’ordre, sous peine de voir la crédibilité de cette coopérative « éthique » tomber en morceaux, et l’argument bio fondre comme glace au soleil blanc du réchauffage meRdiatique des armées de l'Otan.